Lundi 5 octobre, 2020
 
Chercher


17 septembre 2020


 


 






Événements



 

RÉFLEXION : Mon attachement à la francophonie ontarienne
par Denis Gagnon
15 septembre 2020

Le tout a commencé alors que j’allais encore à l’école de rang à Gagnon et que je m’occupais de balayer le plancher les soirs après la classe, moyennant un montant forfaitaire annuel.

Près de la cheminée du vieux poêle se trouvait une petite armoire que personne n’avait ouverte pendant plusieurs années. De la vieille peinture recouvrait les pentures et scellait, en fin de compte, la porte au cadre. Ma curiosité l’emporta un soir et, avec beaucoup d’efforts, je parvins à l’ouvrir pour constater qu’il y avait à l’intérieur deux vieux registres de présence, que nous avons sauvés d’ailleurs avant la démolition de l’école en 1965. En plus de ça, je découvris un drapeau, oui un drapeau anglais en bon état qui ne semblait pas avoir servi depuis plusieurs années. Je l’ouvris et, à mes yeux, il était bien beau. Je remis tout en place et, aussitôt arrivé à la maison, j’en parlai avec ma mère, décrivant avec minutie ma découverte.

« Ça, mon garçon, ce n’est pas notre drapeau. C’est un drapeau que l’école devait exhiber alors que nous étions sous le Règlement 17**. On a un drapeau canadien, mais pas un drapeau pour nous, francophones de l’Ontario. Ça, c’est un drapeau pour les Anglais, mais pas pour nous. »

Dans notre patelin à Gagnon, il n’y avait pas d’anglophones, à l’exception de deux familles dans la paroisse de Limoges. Il faut dire qu’on n’avait pas l’occasion de les côtoyer souvent. Plus tard, j’ai pu mettre les choses en place et j’ai compris ce que ma mère voulait dire.

Notre mère avait un esprit bien ouvert et malgré le fait qu’elle n’avait fréquenté l’école de Gagnon que pendant 3 ans jusqu’en 1911, elle s’intéressait à tout ce qui l’entourait. Son principe était de ne pas être contre les Anglais, comme elle disait dans le temps, mais d’être pour les francophones en tout temps, ce qui faisait une grosse différence. Ce principe nous fut inculqué en très bas âge et demeura avec moi tout au long de ma vie. Je ne sais pas où elle l’avait appris, mais elle pouvait parler anglais, ce qui nous impressionnait beaucoup.

La base était jetée. J’adoptai le principe de ma mère « Pas CONTRE les Anglais, car ils ne disparaîtront pas, mais POUR les francophones. » Je suis donc allé à l’école secondaire dite bilingue pour ensuite aller trois ans à un collège anglophone. Je m’y adaptai. Plus tard je m’impliquai de plus en plus dans la démarche éternelle de nous faire reconnaître dans cette province qui a tendance à nous oublier.

Arrivé à Orléans, c’est là que la francophonie entra plus profondément en moi. Je m’impliquai dans plusieurs associations francophones et aidai autant que je le pouvais à promouvoir notre belle langue.

Oui, nous étions au parc Landsdowne pour le grand rassemblement de 10 000 personnes, oui, nous étions là et nous serons toujours là pour hisser et tenir bien haut notre propre drapeau. Ma mère avait finalement raison; nous avons maintenant notre propre drapeau. Célébrons!

**Le règlement 17 est un règlement du ministère de l’Éducation de l’Ontario, adopté en 1912 par le gouvernement conservateur du premier ministre sir James P. Whitney. Le règlement interdit l’usage du français « comme langue d’enseignement et de communication » dans les écoles bilingues des réseaux publics et séparés.

 

Arts

  La petite histoire...


Retour de la programmation artistique au MIFO

Des artistes locaux et l’église Saint-Joseph à l’unisson

Ma tante, une comédie de Richard Gratton


La petite histoire… de l’avenue Lacroix

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2020 Sherwin Publishing