Jeudi 9 janvier 2020
 
Chercher


6 février 2020


 


 







événements



LANCEMENT DU LIVRE « NOËL D'ICI… CONTES, TRADITIONS, LEÇONS ET CHANSONS » PAR GéRALD POULIN, publié aux éditions ontariennes Pro-Aînés d‘Orléans. Venez rencontrer Gérald de 9 h á 12 h lors du déjeuner mensuel au RAFO, 3349 chemin Navan.


CONFéRENCE DU LIEUTENANT GéNéRAL RICHARD EVRAIRE : LE BILINGUISME ET LES FORCES CANADIENNES de 13 h 30 á 15 h 30 á l'Institut canadien-français d'Ottawa, 316 rue Dalhousie. Entrée libre. Infos : rhealsabourin@rogers.com.


RéUNION MENSUELLE DES FILLES D'ISABELLE NOTRE-DAME DU SACRé-CŒUR 1296 ORLéANS á 19 h au Complexe funéraire Héritage, 1250 ch. Trim. Info : 613-835-7544.


LES NOËLS DE MARIE MICHÈLE DESROSIERS á 20 h á l'église Saint-Joseph, dans le cadre de la 5e année de la campagne de financement. Coût : 50 $. Billets au bureau de la paroisse au 2757 boul. St-Joseph, au téléphone : 613-824-2472 ou sur Eventbrite.ca.

 

Éditorial : En français du berceau à l’adulte
par Réjean Paulin
Francopresse
12 janvier 2020

« Maman…» Deux syllabes, deux phonèmes, le mot français le plus facile à prononcer, le premier appel parlé d’un jeune enfant à sa mère. C’est comme une seconde naissance : celle du bébé d’abord puis celle du francophone. Ce mot, c’est la jeune pousse fragile qui sort de terre après les semailles. En milieu fertile, elle trouvera le soleil et grandira sans césure pour devenir un beau tournesol. Dans le cas contraire, elle cherchera en vain la lumière. C’est contre cette issue fatale que l’on doit protéger ce francophone naissant, en évitant la cassure qui brisera sa croissance.

Ce n’est pas facile quand on est minoritaires. Il faut aller plus loin que la Charte des droits et libertés qui ne porte que sur l’enseignement en français. Entre le berceau et l’école, le chérubin aura rencontré sa voisine Judy ou son voisin Trevor à la garderie ou ailleurs. Il aura emprunté leurs mots comme il empruntait ceux de ses parents depuis ses premiers balbutiements. Le milieu ne lui aurait pas apporté cette force nécessaire à la vie. Petit à petit, la confusion va s’installer dans son esprit. Son sentiment identitaire va accuser le choc. L’insécurité finira par gruger sa confiance.

Une initiative toute récente vise à lever cet écueil. La Fédération nationale des conseils scolaires francophones (FNCSF) a annoncé en novembre dernier un ensemble de projets de développement de la petite enfance et de services de garde en français dans les communautés minoritaires. Oui, c’est là qu’il faut commencer. Myriam Quimpère, éducatrice à la petite enfance, en est convaincue. Elle a travaillé auprès d’enfants francophones dans une ville anglophone de l’Ontario. Déjà à quatre ou cinq ans, la gêne s’installe. « La fierté n’est pas toujours là chez les enfants. Il faut la développer. C’est plus facile quand l’enfant est jeune »,
dit-elle.

Or, si l’on s’en tient à notre Charte des droits et libertés, la vie linguistique ne commencerait qu’à six ans. C’est trop tard. Il faut constamment arroser la fleur qui pousse. Les projets annoncés par la FNCSF visent à maintenir la continuité pour que l’enfant s’enrichisse chaque jour d’un nouveau mot ou d’un son qui sera français.

Voici une petite anecdote au sujet de mon plus vieux souvenir d’enfance. Je me trouvais dans une pièce étrange peinte en vert pâle, une teinte dont on dit parfois « vert hôpital ». Un jour, j’ai demandé à mes parents d’où me venait ce souvenir. « De l’hôpital du trois milles », ont-ils répondu. C’était comme ça que l’on appelait le baraquement qui, à l’époque, servait d’hôpital à Sept-Iles.

Mon père y était hospitalisé. J’avais deux ans et cinq mois. À cet âge, les conversations abstraites entre grandes personnes forment un ensemble de sons sans signification nette. Ces sons prennent un sens au fur et à mesure que l’on grandit, et une couleur, celle de la langue que l’on entend partout et à tous les jours. Ça, c’était le rayon de soleil qui faisait grandir ma francité.

Un an plus tard, une petite voisine anglophone vivait près de chez nous. Elle mettait du sable mouillé dans un petit sceau puis le retournait. Elle faisait du « cake », disait-elle. Et bien, je me suis mis à faire du « cake », moi aussi. Sans le savoir, je faisais un emprunt à la langue anglaise.

Pensez-y, un mot anglais entendu une fois… Imaginons maintenant l’enfant qui en entend partout et à tous les jours dès qu’il sort de la maison…

 

Arts

  La petite histoire...


Le talent franco-ontarien brille lors du Kaléidoscope

Les mémoires d'un visionnaire franco-ontarien publiés

L'amour compte double, une histoire d'amour humoristique


La petite histoire… du chemin Renaud

L'Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d'Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l'histoire d'Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l'histoire d'Orléans.

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2019 Sherwin Publishing