Lundi 30 juin 2024
 
Chercher

 


20 juin 2024


 


 






Événements



 

La petite histoire... de la Place Besserer (2e partie)
Louis V.Patry
Auteur principal
2 février 2023

En 1831, Louis-Théodore Besserer achète de la Couronne le lot 7 (214 acres) dans la première concession du front Outaouais, canton de Gloucester. En 1849, son épouse, Margaret Cameron, prend possession du lot 5 (200 acres) et en 1851, Louis-Théodore achète le lot 6 (200 acres). Ces trois lots font partie du rang St-Étienne. Au recensement de 1851, Louis-Théodore, son épouse et leurs enfants, dont Jean-Théodore né en 1834 et baptisé à la basilique de Notre-Dame de Québec, habitent la maison orléanaise. On désigne l’endroit comme « Besserer’s Grove » et un quai « Besserer’s Landing ».

Le lot 5 deviendra en 1965 l’emplacement d’un centre d’accueil pour personnes âgées, la Résidence Saint-Louis, au 879, chemin Hiawatha Park. La Résidence sera bâtie suite à l’écrasement à cet endroit d’un avion de chasse CF-100 de l’Aviation royale canadienne sur la Villa Saint-Louis, un centre de repos et de convalescence des Sœurs Grises de la Croix, (aujourd’hui Soeurs de la Charité d’Ottawa) le soir du
15 mai 1956, tuant 15 personnes et détruisant la Villa.

En 1857, Jean-Théodore Besserer épouse Philomène Foubert en l’église Sainte-Félicité de Clarence Creek. Ils auront sept enfants. Le 1er juillet 1860 (année de la fondation d’Orléans), Jean-Théodore ouvre le premier bureau de poste d’Orléans sur le lot 6 et en devient le premier maître de poste de 1860 à 1866. De par cette fonction, il aurait choisi le nom Orléans (auparavant « Village of St-Joseph ») en mémoire de son grand-père (Johann Theodor Besserer) qui avait pratiqué la médecine à l’île d’Orléans au Québec et qui y est décédé. Une carte de 1863, conservée à Bibliothèque et Archives Canada, situe le « Orleans Post Office » non loin d’où se trouve aujourd’hui l’ancien couvent de la Ferme d’Youville, au 1811 boulevard St-Joseph. Cette ferme, ainsi que la ferme Saint-Louis développée en 1950, situées en grande partie sur les vastes terrains ayant appartenu aux Besserer, a été exploitée pendant plusieurs années par les Sœurs Grises de la Croix.

Eugenie Besserer (1868-1934), une des filles de Jean-Théodore, a figuré dans 174 films silencieux d’Hollywood de 1910 à 1933, parmi lesquels The Jazz Singer, avec Al Jolson, qui a marqué le début du cinéma sonore en 1927.

En 1874, Philomène meurt à Holyoke, Massachusetts, États-Unis, à l’âge de 37 ans. En 1876, Jean-Théodore est de retour dans sa paroisse natale à Québec pour y épouser en secondes noces Valéda Gosselin. Ils auront deux enfants. Jean-Théodore meurt en 1879 et est inhumé dans le cimetière de la paroisse St-Roch à Québec, à l’âge de 46 ans.

En 1897, Andrew D. Besserer, demi-frère de Jean-Théodore, gère un hôtel de 65 chambres construit à Besserer’s Grove cette même année, et nommé « Jubilee House » en hommage au 60e anniversaire du couronnement de la reine Victoria. Suite à une rénovation majeure en 1910, l’hôtel, renommé « Hiawatha Hotel », comprend éclairage électrique, service d’eau potable à partir d’un puits artésien à proximité, chambres, salle à manger et piste de danse.

Il devient une destination pour les touristes qui viennent se divertir dans le parc adjacent, venus par bateau à vapeur, sur la rivière des Outaouais, dont, pour se divertir dans le parc adjacent, le Hiawatha Park. Certains arrivent par la rivière des Outaouais dans des bateaux à vapeur, dont l’Empress et le Wanakewan, alors que d’autres se rendent par le train CNR (Canadian National Railways). L’hôtel ferme ses portes aux environs de 1924 et le site du parc perd progressivement son attrait touristique lors de la Grande Dépression au cours des années 1930.

Le fils aîné de Louis-Théodore et Marie-Angèle Rhéaume, Wilbrod, a eu 16 enfants avec son épouse Henriette Cameron, dont 13 sont nés à Orléans. Aujourd’hui, plusieurs descendants de Louis-Théodore Besserer demeurent à Orléans. Louis-Théodore, décédé en 1861, et d’autres membres de sa famille sont inhumés aux cimetières Beechwood, Notre-Dame d’Ottawa et Saint-Joseph d’Orléans.

(Cet article a pu être publié grâce au généreux appui de nos partenaires commerciaux locaux.)

 

Arts

  La petite histoire...


Un troisième roman pour Mélissa Balthazar

Le MIFO se met en mode fête pour la rentrée

Le MIFO lance sa saison artistique 2023-2024


La petite histoire... du parc Mantha

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2023 Sherwin Publishing