Mardi 4 juin 2024
 
Chercher


23 mai 2024


 


 






Événements



 

 

Un groupe autochtone local appelle les élus à l'action
Rebecca Kwan
IJL – Réseau.Presse – L’Orléanais
21 septembre 2023

Le groupe autochtone basé à Orléans, Indigenous Roots Orléans, regrette qu’il n’ait pas d’endroit où se rassembler dans la communauté.

La directrice générale du groupe, Lili Miller, aimerait de l’appui de la part des élus de la région afin de trouver un endroit où son groupe pourrait se rassembler, au minimum, une fois par mois. « Mais j’ai du mal à trouver un espace », raconte cette dernière, qui aspire à « créer un espace où les gens peuvent se connecter, se reconnecter à une culture et à des traditions qui ont été perdues, coupées à cause de l’assimilation ».

Lili Miller reconnaît que certains sont à l’écoute de ses demandes, mais ressent
« comme un fossé et je ne sais pas comment le combler ».

« J’aime le fait qu’il y ait un certain soutien, mais nous disons qu’il pourrait y en avoir davantage », précise Mme Miller.

« Les politiciens, le personnel et les membres du public doivent comprendre ce qui s’est passé et qu’il s’agit d’un territoire ancestral », ajoute Mme Miller, qui dit savoir gré que les élus de la région reconnaissent qu’ils se trouvent sur un territoire non cédé au début de leurs allocutions publiques.

Alors que la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, soulignée le 30 septembre, arrive à grands pas, Mme Miller soutient néanmoins que les actions valent bien mieux que les mots.« Aujourd’hui, il est assez courant que la reconnaissance des terres ait lieu, mais ce n’est pas la fin. Ce n’est que la première étape de l’aide », estime-t-elle.

« La conseillère Dudas et son bureau ont en effet travaillé avec Lili et d’autres membres d’Indigenous Roots Orléans pour soutenir leurs programmes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur d’Orléans-Ouest–Innes », atteste Sean Callaghan, l’adjoint législatif et politique de la conseillère municipale d’Orléans-Ouest–Innes, Laura Dudas.

M. Callaghan ajoute que « comme leur organisation transcende les limites des quartiers d’Ottawa, la conseillère Dudas a plaidé et travaillé avec le personnel de la Ville sur la façon d’éliminer de façon permanente les obstacles, tant financiers que logistiques, pour Indigenous Roots Orléans ».

Pour sa part, le bureau de la conseillère municipale du quartier Orléans-Sud-Navan, Catherine Kitts, dit ne pas avoir été mis au courant du besoin exprimé par le groupe.

La porte-parole du bureau de la conseillère, Heather Scott, estime que
« nous devrions probablement les rencontrer pour déterminer si notre bureau ou la Ville est en mesure de les aider ».

Mme Scott parle néanmoins des efforts déployés par la conseillère Kitts. « Le travail de réconciliation est quelque chose qui lui tient à cœur. Elle a suivi la formation sur la lutte contre le racisme offerte aux cadres de la Ville et a fait ses propres apprentissages », laisse-t-elle entendre.

« La conseillère a travaillé en étroite collaboration avec l’association communautaire du Grand Avalon et de Navan dans le cadre de leurs efforts pour la création d’une forêt de guérison nationale », ajoute Mme Scott. « La seule forêt de guérison nationale d’Ottawa est actuellement située sur des terres privées, et l’installer sur un espace public serait une première pour notre ville. »

Quant à elle, la députée fédérale d’Orléans, Marie-France Lalonde, n’était pas non plus au courant des besoins du groupe Indigenous Roots Orléans.

Mme Lalonde déclare néanmoins qu’elle « s’assure d’être sensible au volet Premières nations dans l’élaboration de programmes qui touchent Orléans, comme Emplois d’été Canada ».

Les bureaux des autres élus d’Orléans n’ont pas fourni de commentaires à ce sujet.

Arts

  La petite histoire...


Un troisième roman pour Mélissa Balthazar

Le MIFO se met en mode fête pour la rentrée

Le MIFO lance sa saison artistique 2023-2024


La petite histoire... du parc Mantha

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2023 Sherwin Publishing