Mardi 9 novembre 2021
 
Chercher


11 novembre 2021


 


 






Événements



 


Une semaine pour lutter contre l’intimidation
Rebecca Kwan
IJL – Réseau.Presse – L’Orléanais
11 novembre 2021

La semaine du 15 novembre marque la « semaine de la sensibilisation à l’intimidation et de la prévention », communément surnommée la « semaine du respect » au sein des écoles du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE).

À l’ère où les cours en ligne font désormais partie du quotidien, le Conseil doit mettre les bouchées doubles pour contrer, sinon minimiser, les cas d’intimidation et de cyberintimidation dans leurs écoles.

L’intimidation, le taxage et la cyber-intimidation sont des phénomènes auxquels n’échappent pas les écoles du CECCE. Toutefois, le fléau qui autrefois était menable dans les salles de classe revêt un nouveau visage en cette période pandémique.

C’est ce qu’explique France Goulard, surintendante de l’éducation au CECCE.

« Depuis le début de la pandémie, il y a une hausse dans l’utilisation des médias sociaux et de la technologie. C’est sûr et certain que ça donne plus accès aux élèves d’essayer de faire de la cyberintimidation », remarque-t-elle.

Mme Goulard ne manque toutefois pas de dépeindre l’envers de la médaille. « En présentiel, les cas d’intimidation ont diminué comme les contacts entre élèves sont plus restreints, les pauses et les dîners sont beaucoup plus contrôlés qu’auparavant », explique la surintendante. « Mais quand les cours sont en mode virtuel, il y a plus d’occasions où des cas de cyberintimidation peuvent survenir », constate-t-elle.

« Beaucoup plus de cas d’intimidation sur les réseaux sociaux nous sont rapportés qu’autrefois », recense pour sa part Jean Cloutier, directeur au service de soutien à l’apprentissage au CECCE. « C’est contraire à avant où l’intimidation était davantage présente en salle de classe ou dans les cours d’école », note-t-il.

Le virage virtuel a contraint le Conseil à adapter ses méthodes en matière de surveillance en mettant des mécanismes en place pour rester à l’affût des jeunes qui, par exemple, se servent des plateformes virtuelles pour diffuser contenus et propos inappropriés.

Entre autres, une surveillance au niveau technique permet au conseil d’être prévenu en cas d’échanges douteux entre élèves. Par le biais de la suite Google Enterprise, le CECCE est muni d’un système où certains mots-clés étiquetés
« drapeaux rouges » mettent en alerte leurs intervenants lors de dérapages dans les espaces de clavardage ou au sein des échanges courriel des comptes étudiants des élèves.

Il s’avère néanmoins impossible pour le CECCE de surveiller les interactions entre étudiants hors contexte scolaire. « On encadre les élèves quand ils sont à l’école, quand ils utilisent le réseau du Conseil, mais on ne peut pas encadrer l’élève dans sa chambre à coucher, quand il est seul », soutient M. Cloutier.

Des campagnes de sensibilisation à l’intimidation sont nonobstant mises en œuvre à longueur d’année au sein des écoles du CECCE. Le but est d’épauler les victimes d’intimidation et d’informer les élèves et les membres du personnel des mesures à prendre en cas de harcèlement ou d’abus.

Capsules vidéos, formations, systèmes de récompense pour les gages de bon comportement, et la démarche « Arrête, éloigne-toi et parle » comptent parmi les mesures mises en place pour lutter contre l’intimidation.

M. Cloutier observe justement à quel point les pratiques « anti-intimidations » ont des retombées positives sur le climat scolaire. « On a vu une différence parce que les élèves utilisent le vocabulaire qu’on leur enseigne, ils sont aussi plus à l’aise d’aller chercher de l’aide auprès des adultes ».

La mission du Conseil demeure : s’assurer de créer et d’instaurer les outils et l’appui nécessaire à ce que personne ne se retrouve seul et démuni face à l’adversité.

Arts

  La petite histoire...


Rêve devenu réalité pour un illustrateur françcais

Le magicien Éric Leclerc apparaît à la télévision américaine

Retour de la programmation artistique au MIFO


La petite histoire… du parc Royal 22e Régiment

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2021 Sherwin Publishing