Mardi 15 septembre, 2020
 
Chercher


17 septembre 2020


 


 






Événements



 


Yvette Bisson-Lapointe : l’une des doyennes d’Orléans
Jean-Marc Pacelli
L’Orléanais
12 décembre 2019

La résidente d’Orléans Yvette Bisson-Lapointe célébrait récemment ses 104 ans. Née le 21 novembre 1915 à Hull, au Québec, elle était la cinquième d’une famille de douze enfants.

En un siècle, la centenaire a vécu plusieurs changements historiques : « Ma mère a voté pour la première fois en 1940. Avant, les Québécoises n’avaient pas le droit de vote », rappelle sa fille Madeleine Lapointe-Miller, qui héberge sa mère depuis quelques années.

Une résidente d’Orléans, Yvette Bisson-Lapointe, a récemment fêté son 104e anniversaire de naissance. La centenaire prend un petit verre de cognac quotidiennement afin de maintenir sa vitalité. PHOTO ; JEAN-MARC PACELLI

Comme plusieurs jeunes de sa génération, la Deuxième Guerre mondiale a eu un impact marquant dans la vie de Mme Bisson-Lapointe. Infirmière de formation, elle choisit de faire comme deux de ses frères et d’une sœur et de s’enrôler dans l’Aviation royale du Canada.

Pendant la guerre, la réputation de son frère Louis Bisson aurait été tellement bonne, que Winston Churchill aurait demandé qu’il lui serve de pilote pour un vol en direction des États-Unis. M. Bisson a aussi fondé la société de Transport urbain de Hull en 1946. Son frère Jean, de son côté, aurait servi de pilote privé pour Eva Perón après la guerre.

Postée pendant la guerre à la base aérienne de Mont-Joli, dans le Bas-Saint-Laurent, Mme Bisson-Lapointe y est la seule infirmière pendant ses six premiers mois. C’est là qu’elle rencontre l’instructeur en aviation Robert Lapointe, qu’elle marie en 1941 et avec qui elle a eu trois enfants.

À la suite du décès de son père en 1943, M. Lapointe obtient un congé de compassion de l’armée. Fils unique, c’est à lui que revient la responsabilité de s’occuper de sa mère et de l’hôtel familial situé à Kirkland Lake.

Mme Bisson-Lapointe lui prête main-forte sur place, puis prend la relève lorsqu’il décède subitement à l’âge de 50 ans, en 1958. Elle vend l’hôtel quatre ans plus tard pour revenir à Hull où elle est embauchée comme infirmière à l’hôpital. Elle a aussi travaillé comme infirmière pour le Transport urbain de Hull, Sears… et pour toute sa famille : « Ça sonnait chez nous à toutes les heures du jour et de la nuit », se souvient-elle.

Au fil du temps, elle refait sa vie avec Gérard Tardif, avec qui elle partage cinquante belles années.

De tout ce qu’elle a pu vivre, elle considère son voyage de groupe en Russie soviétique comme étant son événement le plus marquant : « À 66 ans, c’était mon premier grand voyage. Je rêvais d’y aller depuis longtemps. »

Sous le joug du communisme, le groupe a été accompagné dans tous ses déplacements, mais aurait quand même eu droit à du caviar : « C’est ma mère qui en aurait mangé le plus », raconte sa fille.

Si elle avoue avoir ralenti avec l’âge, Mme Bisson-Lapointe demeure active. À 100 ans, elle a même râtelé les feuilles automnales, assise dans une chaise. Aujourd’hui, en plus de faire de la couture, elle affectionne particulièrement sa sortie hebdomadaire du vendredi, qui lui permet de se faire coiffer et de magasiner un peu.

Quant à sa longévité, elle l’attribue au fait d’avoir travaillé fort toute sa vie, à avoir bien mangé, à avoir pris ses vitamines, à la modération et à… une once de cognac bue quotidiennement : « Mon médecin dit que c’est bon pour mon cœur », conclut-elle en riant.

(Cet article a pu être publié grâce au généreux appui de nos partenaires commerciaux locaux.)

Arts

  La petite histoire...


Retour de la programmation artistique au MIFO

Des artistes locaux et l’église Saint-Joseph à l’unisson

Ma tante, une comédie de Richard Gratton


La petite histoire… de l’avenue Lacroix

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2020 Sherwin Publishing