Jeudi 28 novembre 2019
 
Chercher


14 novembre 2019


 


 







Événements



LANCEMENT DU LIVRE « NOËL D’ICI… CONTES, TRADITIONS, LEÇONS ET CHANSONS » PAR GÉRALD POULIN, publié aux Éditions ontariennes Pro-Aînés d‘Orléans. Venez rencontrer Gérald de 9 h à 12 h lors du déjeuner mensuel au RAFO, 3349 chemin Navan.


CONFÉRENCE DU LIEUTENANT GÉNÉRAL RICHARD EVRAIRE : LE BILINGUISME ET LES FORCES CANADIENNES de 13 h 30 à 15 h 30 à l’Institut canadien-français d’Ottawa, 316 rue Dalhousie. Entrée libre. Infos : rhealsabourin@rogers.com.


RÉUNION MENSUELLE DES FILLES D’ISABELLE NOTRE-DAME DU SACRÉ-CŒUR 1296 ORLÉANS à 19 h au Complexe funéraire Héritage, 1250 ch. Trim. Info : 613-835-7544.


LES NOËLS DE MARIE MICHÈLE DESROSIERS à 20 h à l’église Saint-Joseph, dans le cadre de la 5e année de la campagne de financement. Coût : 50 $. Billets au bureau de la paroisse au 2757 boul. St-Joseph, au téléphone : 613-824-2472 ou sur Eventbrite.ca.

 


Ces jeunes qui adoptent la cause de l’environnement
Jean-Marc Pacelli
L’Orléanais
14 novembre 2019

La lutte contre les changements climatiques semble être la cause adoptée à travers le monde par les jeunes d’aujourd’hui. Parmi ces jeunes engagés se trouvent Louis-Philippe St-Arnaud et Maïssa Zemni.

Âgés respectivement de 16 ans et de 12 ans, ces deux étudiants voient dans la cause environnementale le combat le plus important que doit livrer l’humanité : « Notre futur est en jeu! C’est notre géné-ration qui va subir les conséquences des changements climatiques. On ne peut pas faire de féminisme ou de politique si on ne s’occupe pas de la Terre », explique Maïssa.

Louis-Philippe St-Arnaud PHOTO COURTOISIE

« Que ce soit dans 10 ans ou 500 ans, on va frapper un mur. C’est vraiment le défi qui a les plus grosses conséquences pour l’humanité. Les changements clima-tiques représentent le premier problème qui nécessite une solution à l’échelle planétaire », renchérit Louis-Philippe.

Pour contribuer à la cause, tous les deux posent des gestes concrets dans leurs quotidiens. Pour Louis-Philippe, cela s’est traduit, entre autres, par l’achat d’un ordinateur réusiné et par un changement alimentaire important : « Je suis flexitarien. Ça varie selon chaque personne, mais dans mon cas, ça signifie que je suis végétarien à 90 %. Individuellement parlant, manger moins de viande est le changement le plus simple à faire et qui a le plus grand impact », affirme celui qui a servi d’ambassadeur pour les changements climatiques du CECCE et qui a redémarré le club écolo de l’École secondaire catholique Garneau.

En plus de participer à toutes les initiatives écologiques de l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde, de donner de son temps dans le jardin et la serre de l’école et de participer aux rencontres du Comité des élèves responsables en environnement du CEPEO, Maïssa est à l’origine du club écolo au niveau intermédiaire de son école. Les membres du club travaillent à organiser des manifestations contre les changements climatiques, mettent sur pied des journées sans déchets et invitent des personnes à venir parler des différents enjeux environnementaux aux élèves.

Bien que plusieurs partis fédéraux se disent en faveur de la lutte contre les changements climatiques, l’élection récente d’un gouvernement minoritaire ne rassure en rien l’étudiante : « Il y a toujours moins de décisions qui sont prises sous un gouvernement minoritaire. Mais si tous les partis agissent avec l’environnement en tête, il pourra y avoir un impact quand même. »

D’ailleurs, ces deux jeunes passionnés offrent quelques conseils à tous ceux qui aimeraient réduire leurs empreintes écologiques.

Pour Louis-Philippe, le travail com-mence en visitant footprintnetwork.org, un site qui calcule votre empreinte et qui permet de voir quels aspects de votre vie ont le plus gros impact écologique. Il encourage aussi les gens à changer leur alimentation : « En éliminant le bœuf [dont la production est plus polluante que les autres sources de protéines], tu réduis automatiquement ton impact environnemental. »

Quant à elle, Maïssa encourage les gens à prendre conscience de leurs déchets : « Utilisez des bouteilles d’eau réutili-sables, réduisez votre consommation de plastique et d’eau, et prenez des serviettes réutilisables. Vous pouvez aussi réduire votre chauffage lors du Jour de la Terre [tous les 22 avril] », conclut-elle.

(Cet article a pu être publié grâce au généreux appui de nos partenaires commerciaux locaux.)

Arts

  La petite histoire...


Ma tante, une comédie de Richard Gratton

Le talent franco-ontarien brille lors du Kaléidoscope

Les mémoires d’un visionnaire franco-ontarien publiés


La petite histoire… du parc communautaire de Cardinal Creek 2e partie

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2019 Sherwin Publishing