Mercredi 31 juillet 2019
 
Chercher


25 juillet 2019


 


 







Événements



EXPOSITION D’ŒUVRES DES ARTISTES DU CSMO DU MIFO : jusqu’au 30 juillet dans la Galerie d’art Eugène-Racette du centre culturel MIFO, situé au 6600 rue Carrière. Ces œuvres ont été réalisées dans leur pratique personnelle ou dans les cours de peinture, de dessin, d’aquarelle et de Bunka du MIFO. Notre chroniqueur, Denis Gagnon, y expose aussi quelques-unes de ses photos. Gratuit. Infos : 613-830-6436 ou mifo.ca.


OBJECTIF CINÉMA – CINÉMA EN PLEIN AIR : « ASTÉRIX, LE SECRET DE LA POTION MAGIQUE » Animation France; à 19 h 30 au parc du Centenaire de Queenswood Heights, 1485 rue Duford. Gratuit.


SOUPER-DANSE à 18 h au RAFO, 3349 chemin Navan. Thème : Maroc. Musique par Gary Miller. Coût : 25 $ membre/30 $ invité. Infos : 613-834-6808.


OBJECTIF CINÉMA : « LES INVISIBLES » un drame social français; à 19 h 30 au Cinéstarz Orléans, 250 boul. Centrum. Coût : 8 $ (adulte) et 6 $ (enfant).

 


Les filles au sommet de la dernière année scolaire
par Jean-Marc Pacelli
25 juillet 2019

Talia Edwards, étudiante à l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde, a obtenu la meilleure moyenne parmi les finissants de 2019, avec 97,1 %. PHOTO : JEAN-MARC PACELLI
L’année scolaire 2018-2019 a été couronnée de succès au féminin à Orléans, alors que la majorité des élèves ayant obtenu les meilleures moyennes générales étaient des filles.

Pour Talia Edwards, de l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde, le score de 97,1 % n’est pas le fruit du hasard. Si elle a obtenu des moyennes dans les 90 % pendant tout son secondaire, c’est en 11e année qu’elle a décidé de dépasser les 95 % afin d’obtenir des bourses d’études.

Pour y arriver, elle a su mettre les efforts nécessaires, tout en favorisant la compréhension de la matière sur la mémorisation : « Beaucoup d’élèves arrêtent d’étudier quand ils ne comprennent pas. Il ne faut pas hésiter à poser plein de questions aux enseignants. »

En plus de ses études et de ses activités parascolaires, Talia a été en mesure de cumuler de 15 à 20 heures de travail par semaine au restaurant East Side Mario’s, à titre d’hôtesse. Cet été, elle travaille comme monitrice de camp au club de tennis Blackburn.

De ses enseignants, Talia garde un bon souvenir de Mme Richard, entre autres. Cette enseignante d’anglais, que la jeune femme a eu pour la dernière fois en 11e année, a réussi à rendre son cours intéressant grâce aux projets qu’elle donnait à ses élèves : « On voyait qu’elle aimait ensei- gner. »

Florence Latarte, étudiante à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges, a obtenu la meilleure moyenne parmi les finissants de 2019, avec 96,0 %. PHOTO : JEAN-MARC PACELLI

En septembre, elle suivra les traces de son frère aîné, en faisant son entrée à l’Université Queen’s de Kingston en génie informatique : « J’ai choisi ce domaine à cause de toutes les possibilités qui s’of-fraient à moi. Il y a tellement d’emplois différents. »

Pour se faire une tête quant à son avenir, elle mise sur les stages offerts à l’école.

De son côté, Florence Letarte a terminé l’année avec une moyenne de 96 %, à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges.

La nouvelle diplômée avoue avoir toujours eu des résultats élevés : « Je crois que c’est surtout parce que j’ai toujours été avide d’apprentissage: j’ai toujours voulu en savoir plus et cela se manifestait du fait que je n’hésitais pas à poser des questions ou à faire de la recherche additionnelle par moi-même », explique-t-elle.

Pourtant, l’obtention de notes élevées n’a jamais été une priorité pour elle : « C’est certain que c’est important, mais plus important encore, c’est d’être fière de mon travail. Quand je mets de l’effort, que je fais un travail de qualité et que je sais que c’est le mieux que je puisse faire dans les circonstances données, habituellement les bonnes notes s’ensuivent. »

En plus de travailler à la librairie Indigo, Florence a fait partie de la troupe de théâtre de l’école, joué à la ringuette et a su trouver du temps pour ses amis et ses autres passe-temps. Son secret : gérer son temps et prioriser.

Cet automne, elle entamera un bacca- lauréat en sciences sociales, avec une spécialisation en études des femmes et en science politique à l’Université d’Ottawa, en plus de travailler comme page à la Chambre des communes.

Comme Talia, la jeune femme ne connaît pas encore la carrière qu’elle exercera : « J’imagine que ce sera lié au domaine politique ou humanitaire. J’aimerais contribuer au développement d’un monde plus tolérant et équitable et créer une plateforme pour les communautés marginalisées, et ainsi déclencher des changements durables. »

Parmi les autres élèves qui ont su se démarquer, notons Véronique Filion qui a terminé en tête à l’ÉSP Louis- Riel, avec 95,6 %.

Cameron Kennedy en a fait de même avec ses 94,5 % à l’ÉSC Garneau et Anne Corcoran a obtenu la meil- leure moyenne au Collège catholique Mer Bleue, avec 89 %.

(Cet article a pu être publié grâce au généreux appui de nos partenaires commerciaux locaux.)

Arts

  La petite histoire...


Yao triomphe lors du 10e gala des prix Trille Or

Luce Dufault, native d’Orléans, de retour aux sources

L’amour compte double, une histoire d’amour humoristique

Le MIFO lance sa programmation artistique 2019/2020


La petite histoire… du boul. Jeanne d'Arc

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2019 Sherwin Publishing