Jeudi 17 octobre 2019
 
Chercher


17 octobre 2019


 


 







Événements



SOUPER DE STEAK AU PROFIT DU CENTRE MIRIAM (suite à un incendie dans l’édifice où était logé le Centre), organisé par les Chevaliers de Colomb de 17 h à 21 h au sous-sol de l’église Saint-Joseph. Coût : 20 $. Bar payant/bière et vin. Infos : Luc Paquette au 613-266-7563.


LANCEMENT DU LIVRE « BERNARD AIMÉ POULIN, UN PORTRAIT » par Benoît Cazabon. Un dialogue entre l’auteur et l’artiste, de 13 h 30 à 15 h 30, à l’Institut canadien-français d’Ottawa, 316 rue Dalhousie. Entrée libre. RSVP : rhealsabourin@rogers.com.


OBJECTIF CINÉMA : « DÉRIVE » drame familial québécois à 19 h 30 au Cinéstarz Orléans, 250 boul. Centrum. Coût : 8 $ (adulte) et 6 $ (enfant).


BINGO DES TAMALOUS à 13 h au RAFO, 3349 chemin Navan. Un maximum de 5500 $ à gagner. Coût : 55 $ par personne. Achetez vos billets à l’avance ou par tél. au 613-834-6808. Aucun billet ne sera vendu à la porte. Les portes ouvriront à 11 h 30. Renseignements : info@rafo.ca. Permis # M820273.

 


Les filles au sommet de la dernière année scolaire
par Jean-Marc Pacelli
25 juillet 2019

Talia Edwards, étudiante à l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde, a obtenu la meilleure moyenne parmi les finissants de 2019, avec 97,1 %. PHOTO : JEAN-MARC PACELLI
L’année scolaire 2018-2019 a été couronnée de succès au féminin à Orléans, alors que la majorité des élèves ayant obtenu les meilleures moyennes générales étaient des filles.

Pour Talia Edwards, de l’École secondaire publique Gisèle-Lalonde, le score de 97,1 % n’est pas le fruit du hasard. Si elle a obtenu des moyennes dans les 90 % pendant tout son secondaire, c’est en 11e année qu’elle a décidé de dépasser les 95 % afin d’obtenir des bourses d’études.

Pour y arriver, elle a su mettre les efforts nécessaires, tout en favorisant la compréhension de la matière sur la mémorisation : « Beaucoup d’élèves arrêtent d’étudier quand ils ne comprennent pas. Il ne faut pas hésiter à poser plein de questions aux enseignants. »

En plus de ses études et de ses activités parascolaires, Talia a été en mesure de cumuler de 15 à 20 heures de travail par semaine au restaurant East Side Mario’s, à titre d’hôtesse. Cet été, elle travaille comme monitrice de camp au club de tennis Blackburn.

De ses enseignants, Talia garde un bon souvenir de Mme Richard, entre autres. Cette enseignante d’anglais, que la jeune femme a eu pour la dernière fois en 11e année, a réussi à rendre son cours intéressant grâce aux projets qu’elle donnait à ses élèves : « On voyait qu’elle aimait ensei- gner. »

Florence Latarte, étudiante à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges, a obtenu la meilleure moyenne parmi les finissants de 2019, avec 96,0 %. PHOTO : JEAN-MARC PACELLI

En septembre, elle suivra les traces de son frère aîné, en faisant son entrée à l’Université Queen’s de Kingston en génie informatique : « J’ai choisi ce domaine à cause de toutes les possibilités qui s’of-fraient à moi. Il y a tellement d’emplois différents. »

Pour se faire une tête quant à son avenir, elle mise sur les stages offerts à l’école.

De son côté, Florence Letarte a terminé l’année avec une moyenne de 96 %, à l’École secondaire catholique Béatrice-Desloges.

La nouvelle diplômée avoue avoir toujours eu des résultats élevés : « Je crois que c’est surtout parce que j’ai toujours été avide d’apprentissage: j’ai toujours voulu en savoir plus et cela se manifestait du fait que je n’hésitais pas à poser des questions ou à faire de la recherche additionnelle par moi-même », explique-t-elle.

Pourtant, l’obtention de notes élevées n’a jamais été une priorité pour elle : « C’est certain que c’est important, mais plus important encore, c’est d’être fière de mon travail. Quand je mets de l’effort, que je fais un travail de qualité et que je sais que c’est le mieux que je puisse faire dans les circonstances données, habituellement les bonnes notes s’ensuivent. »

En plus de travailler à la librairie Indigo, Florence a fait partie de la troupe de théâtre de l’école, joué à la ringuette et a su trouver du temps pour ses amis et ses autres passe-temps. Son secret : gérer son temps et prioriser.

Cet automne, elle entamera un bacca- lauréat en sciences sociales, avec une spécialisation en études des femmes et en science politique à l’Université d’Ottawa, en plus de travailler comme page à la Chambre des communes.

Comme Talia, la jeune femme ne connaît pas encore la carrière qu’elle exercera : « J’imagine que ce sera lié au domaine politique ou humanitaire. J’aimerais contribuer au développement d’un monde plus tolérant et équitable et créer une plateforme pour les communautés marginalisées, et ainsi déclencher des changements durables. »

Parmi les autres élèves qui ont su se démarquer, notons Véronique Filion qui a terminé en tête à l’ÉSP Louis- Riel, avec 95,6 %.

Cameron Kennedy en a fait de même avec ses 94,5 % à l’ÉSC Garneau et Anne Corcoran a obtenu la meil- leure moyenne au Collège catholique Mer Bleue, avec 89 %.

(Cet article a pu être publié grâce au généreux appui de nos partenaires commerciaux locaux.)

Arts

  La petite histoire...


Le talent franco-ontarien brille lors du Kaléidoscope

Les mémoires d’un visionnaire franco-ontarien publiés

L’amour compte double, une histoire d’amour humoristique


La petite histoire… du parc communautaire de Cardinal Creek

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2019 Sherwin Publishing