Mercredi 13 octobre 2021
 
Chercher


14 octobre 2021


 


 






Événements



 


À la récré… COVID dix-neuf ou nineteen?
André Magny
IJL – Réseau.Presse – L’Orléanais
14 octobre 2021

Est-ce que la pandémie donnerait envie aux plus jeunes d’Orléans de délaisser quelque peu le français pour aller flirter davantage avec la langue de Pfizer ou d’AstraZeneca? Ceux qui sont sur le terrain répondent.

Selon le service des communications du C onseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), le personnel scolaire a observé que les élèves ont moins parlé en français à l’extérieur des cours lorsque l’apprentissage se déroulait à distance. Pourquoi? Parce que plusieurs d’entre eux n’étaient pas physiquement dans un environnement francophone lors des pauses ou à l’heure du dîner, par exemple.

En ce qui a trait au Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario (CEPEO), même plus d’un mois après le début des classes, l’équipe des communications mentionne que le CEPEO n’est pas en mesure d’évaluer si la pandémie a eu un impact concret sur l’utilisation de langue française auprès de ses élèves. Ces données seront évaluées ultérieurement, précise le service.

La vice-présidente du regroupement Parents partenaires en éducation (PPE), Catherine Dumouchel estime, elle aussi, qu’il est difficile de mesurer l’impact de la COVID-19 sur les jeunes francophones. « Il n’y a pas eu de sondage. On parle ici d’impressions. » De plus, il faut admettre comme le mentionne la vice-présidente que l’été, les enfants francophones en milieu minoritaire régressent légèrement en matière de français.

La mère de quatre enfants amène cependant un point important dans sa réflexion. Au cours de la pandémie, dans les familles composées de couples exogames, si c’est le parent anglophone qui reste avec l’enfant à la maison, il est fort possible « que la dynamique ait pu varier. L’enfant parlant sans doute plus en anglais. » Si c’est le cas, il n’est pas impossible que les demandes augmentent auprès de PPE dans les prochaines semaines pour obtenir de l’aide pour mieux soutenir l’enfant fragilisé.

Parler le plus fréquemment possible en français est évidemment bénéfique pour développer la maîtrise du français. Les deux conseils scolaires s’entendent là-dessus. Mais est-ce la rentrée des classes qui amènent les deux conseils à vouloir rivaliser d’ingéniosité pour garder le français bien vivant?

Le CEPEO et son service culturel proposent des listes de lecture ou des listes musicales pour favoriser le français à la maison. Il a même une chaîne YouTube avec différentes activités comme le bricolage de carte-pop, la création de cuillères musicales ou encore, la lecture de contes et même une capsule pour faire danser la francophonie.

Quant au CECCE, il rappelle que durant la pandémie, le personnel scolaire et les équipes à la direction d’école ont redoublé d’efforts afin d’offrir le plus grand nombre d’occasions possibles à leurs élèves d’échanger en français entre eux et d’augmenter leur sentiment d’appartenance envers la langue française. C’est ainsi qu’ils ont offert de nombreuses occasions de découvrir les talents d’artistes franco-ontariens.

Le CECCE se dit évidemment heureux de pouvoir accueillir la grande majorité de ses élèves en personne cette année et est convaincu que cela favorisera le développement de leurs compétences linguistiques et culturelles en français. Cette année, 1200 élèves de la maternelle à la 12e année ont repris les cours via l’Académie d’apprentissage virtuel du CECCE depuis le 31 août. En comparaison, plus de 2400 élèves de la maternelle à la 8e année ont goûté aux joies de l’écran du pixel lors de la dernière année scolaire.

 

Arts

  La petite histoire...


Rêve devenu réalité pour un illustrateur françcais

Le magicien Éric Leclerc apparaît à la télévision américaine

Retour de la programmation artistique au MIFO


La petite histoire… du parc Patrick-Dugas

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2020 Sherwin Publishing