Lundi 20 septembre 2021
 
Chercher


16 septembre 2021


 


 






Événements



 


Sur la bonne voie pour un avenir plus que prometteur
Jean-Marc Pacelli
L’Orléanais
8 juillet 2021

Malgré une année scolaire atypique qui a causé bien des soucis à plusieurs, Alice Bohlen, de l’ÉSP Gisèle-Lalonde, et Vincent Baron, de l’ÉSC Béatrice-Desloges, ont réussi à maintenir le cap et à terminer avec les meilleures moyennes de tous les élèves de 12e année d’Orléans avec des scores respectifs de 97,3 % et 95,9%.

Avant la 9e année, Alice Bohlen avoue que ses notes étaient « bien, mais pas aussi bien » qu’elles l’ont été au cours de la dernière année scolaire. En fait, elle avoue que ses notes ont monté de façon impressionnante lorsqu’elle a joint le Programme du diplôme du Baccalauréat international : « Ça nécessite un engagement individuel par rapport à ton apprentissage. Tu t’investis dans quelque chose qui va te rapporter dans ton futur. »

Et un investissement, elle a dû en faire un, car Alice ne cache pas qu’elle devait étudier tous les soirs pour se rendre où elle est aujourd’hui.

D’ailleurs, la jeune femme précise que ses résultats académiques ne sont pas le fruit d’une pression parentale, mais bien d’une pression personnelle : « Je veux toujours me dépasser, toujours donner le meilleur de moi-même et de voir où sont mes limites. »

Pour ceux et celles qui chercheraient à être aussi performants qu’elle, Alice leur suggère de regarder leurs travaux d’un oeil critique, comme le ferait un enseignant. De là, il devient plus facile de les améliorer avant de les remettre pour fins d’évaluations.

Parmi ses matières préférées, la diplômée mentionne les sciences appliquées, dont les mathématiques, et le français. Elle gardera aussi de bons souvenirs de Laura Zietak, qui lui a enseigné les mathématiques en 12e année, et de Jean-Sébastien Caron, qui lui a enseigné l’histoire en 11e et en 12e année : « Il m’a forcéà développer une pensée critique et m’a montré pourquoi c’est important d’être informée de cette façon. »

En septembre, Alice fréquentera l’École de l’activité physique de l’Université d’Ottawa. Bien qu’elle ne sache pas encore quelle carrière l’attend au bout de son parcours scolaire, elle vise un métier en médecine et en sports.

De son côté, Vincent Baron avoue que sa moyenne générale en 12e année ressemble à celles qu’il a obtenues tout au long de son parcours académique :
« J’étudie un peu, mais c’est surtout ma mémoire qui m’aide énormément à l’école. J’ai une très bonne mémoire, donc je retiens facilement l’information », explique-t-il.

Malgré ses capacités de rétention, sa matière préférée en était une qui fait plutôt appel à la compréhension : « J’aimais la physique parce que je trouvais la résolution de problèmes très amusante.»

Pour les élèves qui aimeraient obtenir d’aussi bonnes notes que lui, Vincent recommande de bien réécrire les notes, puis de les lire et d’essayer de s’en souvenir : « Ensuite, tu n’étudies que ce dont tu ne te souviens pas et tu ne perds pas ton temps sur le reste. »

Tout comme Alice, le jeune homme pointe du doigt une certaine pression personnelle pour expliquer ses résultats : « Vu que j’ai eu de bonnes notes pendant tout mon parcours scolaire, je voulais les maintenir, même si les cours sont plus difficiles en 11e et en 12e. »

De tous les enseignants qui ont croisé sa route, Vincent se souvient encore de Stéphane Lalonde, qui a été son enseignant en 5e année, alors qu’il fréquentait l’École élémentaire catholique de la Découverte : « Il était extrêmement gentil et il nous aidait énormément. »

L’automne venu, c’est à l’Université de Toronto qu’il entamera le prochain chapitre de son éducation, alors qu’il entreprendra des études en génie : « J’aimerais être ingénieur, mais je ne suis pas trop décidé. Je me garde des portes ouvertes, mais ingénieur, ça a l’air amusant. Ça demande de la créativité et il y a beaucoup de résolution de problèmes. »

Parmi les autres élèves qui ont su se démarquer, notons Audréa Racine qui a terminé en tête à l’ÉSP Louis-Riel, avec 96,3 %. Louis-Philippe St-Arnaud en a fait de même avec ses 95,5 % à l’ÉSC Garneau et Émilie Lapierre a obtenu la meilleure moyenne au Collège catholique Mer Bleue, avec 93 %.

 

Arts

  La petite histoire...


Retour de la programmation artistique au MIFO

Des artistes locaux et l’église Saint-Joseph à l’unisson

Ma tante, une comédie de Richard Gratton


La petite histoire… du parc François-Dupont

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2020 Sherwin Publishing