Lundi 30 novembre 2020
 
Chercher


11 novembre 2020


 


 






Événements



 


Les petites entreprises d’Orléans inquiètes, mais toujours debout
Rebecca Kwan
Initiative de journalisme local – APF – Ontario
11 novembre 2020

Pandémie oblige, les entreprises locales d’Orléans ont dû innover pour s’adapter à la nouvelle réalité. Qu’il soit question d’établir une présence en ligne ou d’offrir l’option « plats pour emporter », certaines entreprises ont même dû complètement revoir leur modèle d’affaires pour garder la tête hors de l’eau. La directrice générale de la Zone d’amélioration commerciale (ZAC) du Cœur d’Orléans, Tannis Vine, encourage les entrepreneurs à tirer parti de cette situation difficile.

« Certaines entreprises se portent très bien malgré la pandémie, alors que d’autres ne sont pas en mesure d’en faire autant compte tenu des restrictions imposées par leur milieu et par le gouvernement », explique la directrice générale.

« Par exemple, les entreprises qui ont réussi à créer des flux de revenus supplémentaires, à pivoter rapidement et à proposer leurs produits par l’intermédiaire de plateformes en ligne telles que Shopify se débrouillent mieux que celles qui ne le font pas ou qui ne sont pas en mesure de le faire », ajoute-t-elle.

Comme les habitudes d’achat ont évolué, les entreprises ont dû se conformer aux nouvelles pratiques de consommation, souligne la directrice en faisant notamment référence à la hausse en popularité des achats en ligne, de la livraison à domicile et des échanges virtuels.

De leur côté, des compagnies telles qu’Expedia Croisières et la succursale de l’entreprise Fiesta Ottawa à Orléans ont du fil à retordre. Comme « le tourisme a fait un grand plongeon » et puisque plusieurs événements d’envergure sont tombés à l’eau, ces entreprises ont vu leurs ventes diminuer drastiquement, observe Tannis Vine.

Au Bistro L’Entre-Deux, une entreprisenouvellement installée à Orléans, les propriétaires ont entrepris de faire contre mauvaise fortune bon cœur.

« Pendant l’été, nous pouvions utiliser notre patio comme salle à manger », rappelle Guy St-Laurent, co-propriétaire et chef du Bistro L’Entre-Deux. « Toutefois, l’option plein air ne sera bientôt plus possible en raison des baisses de température », explique-t-il.

En se conformant aux lignes directrices mises de l’avant par Santé publique Ontario et en offrant l’option de commander des plats pour emporter du mardi au samedi, M. St-Laurent compte pouvoir maintenir les activités du bistro malgré les temps incertains.

« Quand même, la pression est immense et on se sent coincé par les récentes restrictions », confie-t-il en faisant notam-ment référence aux limites quant aux salles à manger annoncées par le gouvernement de l’Ontario.

« Nos chiffres de vente ont diminué. Même si nous avons mis en place toutes les mesures de sécurité nécessaires, les gens préfèrent ne pas prendre de risque et manger chez eux », constate le propriétaire.

« Tout cela nous inquiète un peu, mais nous sommes choyés d’avoir l’appui de notre communauté », conclut M. St-Laurent, reconnaissant envers ses clients fidèles et leur soutien continu.

En dépit des temps difficiles, Tannis Vine souligne l’importance de tirer parti de la situation. Elle évoque notamment le fait que la majorité des fonctionnaires travaillent désormais à domicile au lieu de se rendre dans l’ouest pour la journée : « Nous devons en profiter. Nous avons maintenant une foule à l’heure du dîner. Nous avons aussi des employés du gouvernement qui font leurs courses ici au lieu de les faire à la fin de la journée près de leur lieu de travail ».

« La COVID-19 sera ici pendant un certain temps et nous allons devoir apprendre à vivre avec en comprenant les besoins de nos clients, en pivotant et en tirant parti de l’augmentation de notre population de jour », martèle-t-elle.

(Cet article a pu être publié grâce au généreux appui de nos partenaires commerciaux locaux.)

 

Arts

  La petite histoire...


Retour de la programmation artistique au MIFO

Des artistes locaux et l’église Saint-Joseph à l’unisson

Ma tante, une comédie de Richard Gratton


La petite histoire… de l’avenue Lacroix

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2020 Sherwin Publishing