Samedi 22 mars 2019
 
Chercher


7 mars 2019


 


 







Événements



SPECTACLE JEUNESSE : « BIBLIO-THÉCAIRE- LE GROS ORTEIL » à 14 h au Centre des Arts Shenkman. Durée : 50 min. Âge : 5 à 12 ans. Billetterie : 613-580-2700; en personne au 245 boul. Centrum.


RENCONTRE AVEC LA « DAME DE LA FRANCOPHONIE » de 9 h 30 à 12 h au Patro d’Ottawa, 40 rue Cobourg. Retraite en action vous convie à une rencontre avec Nicole Fortier, native d’Orléans, qui fera part de son expérience pour promouvoir et défendre le fait français dans notre région. Gratuit. Inscription réservée aux membres de Retraite en action. Infos : 613-860-1099 ou www.retraiteenaction.ca


HUMORISTE MARIANA MAZZA : « FEMME TA GUEULE » à 20 h au Centre des Arts Shenkman. Billetterie : 613-580-2700; en personne au 245 boul. Centrum.


FOIRE D’INFORMATION « DEMEURONS EN SANTÉ, RESTONS ACTIFS » de 8 h 30 à 16 h au Rendez-vous des aînés francophones d’Ottawa (RAFO), 3349 chemin Navan. Gratuit et le dîner est compris. Ateliers, conférences et de nombreux kiosques d’organismes communautaires et de santé. Inscription : www.inscription.rafo.ca

 

Regarder vers le passé pour comprendre le présent
par Jean-Marc Pacelli
6 mars 2019

L’historien Diego Elizondo est un véritable passionné de patrimoine. Une caractéristique qu’il croit innée, bien qu’il soit le seul attiré par ce domaine dans sa famille, lui qui a une mère interprète, et un père ingénieur de formation et diplomate de profession.

C’est lors d’une visite familiale au Musée-village du patrimoine de Cumberland que le déclic est survenu : «L’expérience immersive a été saisissante et a déclenché une étincelle.»

Diego Elizondo debout dans le jubé de l’église Saint-Joseph d’Orléans récemment rénovée. PHOTO : JEAN-MARC PACELLI

Près de deux décennies plus tard, il est devenu coutumier de le voir offrir des visites à travers Orléans, à tous ceux qui désirent en savoir plus sur le patrimoine de ce secteur d’Ottawa.

D’ailleurs, tous les moyens pour intéresser les gens, incluant les jeunes, à l’histoire sont bons pour lui, que ce soit par des films, des séries télévisées, des livres, ou même des conférences.

Par contre, le plus important serait de ramener de façon concrète le sujet historique au moment présent : «Une des raisons qui m’a poussé à étudier en histoire était que je voulais comprendre l’état des choses actuelles. Ça prend la perspective historique pour comprendre le monde d’aujourd’hui.»

Parmi les faits méconnus de son patelin natal, le jeune homme de 25 ans cite l’architecture atypique de l’École secondaire catholique Garneau, située sur la rue Carrière : «Il y a plein de légendes urbaines sur cette école. Les gens pensent que c’est soit un bunker, soit une prison juvénile, mais l’idée de l’architecte Paul Schoeler était de faire une pyramide aztèque.»

Lors des dernières élections muni-cipales, Diego figurait parmi les 17 candidats qui luttaient pour obtenir le poste laissé vacant par le conseiller sortant, Bob Monette. Ses efforts sur le terrain lui ont permis de terminer en 6e position.

Avec cette expérience en poche et le départ annoncé le 13 décembre du conseiller Tobi Nussbaum (nommé premier dirigeant de la Commission de la capitale nationale [CCN], l’historien ne cache pas que certaines personnes lui ont demandé s’il avait l’intention de tenter de lui succéder dans le quartier Rideau-Rockcliffe.

Il assure toutefois préférer poursuivre son travail à temps plein auprès de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), où il œuvre en appui aux communications, et ses tâches de service aux abonnements du Chaînon, au sein du Réseau du patrimoine franco-ontarien (RPFO).

Et, puisque le passé est garant de l’avenir, il était impossible de rencontrer Diego sans lui demander ce qui allait arriver avec les compressions visant la communauté franco-ontarienne du gouvernement Ford : «Si on regarde l’histoire de l’Ontario français, on peut s’attendre à ce qu’il y ait un renversement et je pense qu’on va en ressortir plus fort.»

Il rappelle que les luttes marquantes ont pris du temps avant d’être gagnées, citant en exemple le Règlement 17, qui a pris fin après 15 ans de combats : «Tout est une question de temps et de patience. C’est un marathon, pas un sprint», conclut-il.

(Cet article a pu être publié grâce au généreux appui de nos partenaires commerciaux locaux.)

Arts

  La petite histoire...


Damien Robitaille met le Shenkman tout feu, tout flamme

Le MIFO dévoile ses visages lors d’une exposition

Contact ontarois, plus que des représentations artistiques

L’univers musical de Yao – l’authenticité à l’état pur


La petite histoire… de la rue Maisonneuve

L’Orléanais présente mensuellement des chroniques historiques ayant trait aux noms francophones des voies publiques, des parcs, des salles et des installations d’Orléans. Ces chroniques sont écrites par la Société franco-ontarienne du patrimoine et de l’histoire d’Orléans (SFOPHO) www.SFOPHO.com afin de faire connaître le patrimoine et l’histoire d’Orléans.

 
Sections
  Services
Nous joindre


www.orleansonline.ca/Orleanais
745 crois. Farmbrook
Orléans, Ontario K4A 2C1
Téléphone; : 613-447-2829
Courriel : orleanais@orleansstar.ca

 

OrleansOnline.ca © 2001-2019 Sherwin Publishing